Posté par: Japan Hoppers編集部 ユジン(Yoojin) 22 Jul 2016

Voyage à travers la préfecture de Saga et exploration du monde d’Arita-yaki

Voyage à travers la préfecture de Saga et exploration du monde d’Arita-yaki © yoojin

Les racines de la poterie japonaise

L’histoire de l’Arita-yaki débute en l’an 1616. Dans les années 1590, lorsque Toyotomi Hideyoshi retira ses troupes de Corée à la suite d’une invasion manquée, un potier du nom de Yi Sam Pyeong fut ramené au Japon avec elles. Yi Sam Pyeong fut le responsable de la découverte de minéraux appropriés à la fabrication de porcelaine (kaolin) sur le mont Izumiyama dans la région d’Arita, préfecture de Saga ; il est dit qu’il fut à l’origine des premières cuissons fructueuses de porcelaine au Japon. Durant la période d’Edo (1603-1868), cette porcelaine était envoyée à partir d’un lieu appelé Imari, et fut donc appelée « Imari-yaki ». Mais à partir de l’ère Meiji (1868-1912), elle est devenue connue sous le nom de « Arita-yaki ». Arita-cho, la zone dans laquelle Yi Sam Pyeong avait commencé son entreprise, célèbre les 400 ans de la poterie Arita-yaki en 2016.

Jusqu’à ce moment, la porcelaine n’avait jamais été introduite au sein du Japon ; les seuls objets en porcelaine au Japon étaient des importations de haute qualité venant d’autres pays, ce qui veut dire que les utilisations de la porcelaine étaient limitées à seulement quelques individus riches et puissants. Toutefois, avec la découverte du kaolin par Yi Sam Pyeong, il est devenu possible de produire de la porcelaine de masse au sein du Japon, ce qui fit découvrir les joies de la porcelaine à bien plus de personnes qu’auparavant.

La photographie suivante est une image du sanctuaire Sueyama Jinja à Arita-cho, dédié à Yi Sam Pyeong. Le torii, les statues komainu, etc. sont tous de la porcelaine Arita-yaki. Chaque année, en mai, les travailleurs de l’industrie céramique se rassemblent ici pour honorer l’oeuvre de Yi Sam Pyeong grâce au “Touso-sai” (festival du fondateur).

À présent que notre respect est donné au fondateur, il est temps de se rendre en ville et de trouver quelques Arita-yaki que nous aimons !

Une montagne de trésors cachée dans un atelier de poterie reconnu !

L’atelier de poterie Kouraku Gama se trouve à environ 5 minutes en taxi de la station Arita. Dans cet atelier se trouve un entrepôt rempli d’œuvres antiques et non-commercialisées/non-achevées prévues pour un usage pratique. Le résultat est qu’un service de « chasse au trésor » unique a été lancé. Les règles sont simples : vous avez 90 minutes pour remplir un panier avec autant de pièces de poterie que vous le voulez !

Deux programmes sont proposés : un programme à 5000 yen qui vous permet de choisir parmi des objets simples et d’usage quotidien, et un programme à 10000 yen qui vous permet de choisir parmi des objets colorés avec des décorations et des transferts d’images. Vous emballez vous-même à la main les objets que vous choisissez, et un envoi contre remboursement à l’étranger est également proposé.

La personne qui est à l’origine de ce service de « chasse au trésor » est l’artisan brésilien Pimenta Sebastiao, qui est un employé habitant sur place et exerçant au Kouraku Gama. Il parle 5 langues (japonais, chinois, anglais, espagnol et portugais) et a été très amical lorsqu’il nous a guidé dans l’atelier de poterie.

Kouraku Gama a été fondé en 1865 et ils fabriquent un grand nombre de vaisselles conçues traditionnellement, mais ils collaborent également avec des artistes au sein et en dehors du Japon pour créer des œuvres à vendre.

L’atelier de poterie possède également un programme à domicile pour les artistes étrangers appelé « Artistes en résidence », et M. Pimenta y travaille en tant que coordinateur.

Essayons d’utiliser l’Arita-yaki

Vous avez réussi à avoir quelques morceaux d’Arita-yaki dans un atelier de poterie, alors pourquoi ne pas les utiliser pour manger quelques spécialités culinaires de la préfecture de Saga ? La préfecture de Saga est en réalité reconnue pour son industrie d’alcool. En 2011, durant la compétition d’alcool très influente connue sous le nom de Challenge International du Vin, la brasserie « Fukuchiyo Shuzo » de la préfecture de Saga a remporté le prix prestigieux de « Champion du Saké » dans la catégorie saké japonais pour leur saké « Nabeshima Daiginjo ». Cela a résulté à une augmentation de l’attrait pour le saké de la préfecture de Saga au sein du Japon.

À environ 1 heure de train de la station d’Arita se trouve la gare de Hizenhama, située dans la région de Kashima-shi dans laquelle de nombreuses vieilles brasseries de saké sont rassemblées. Lorsque la saison de brassage du saké commence en hiver, cette région entière est enveloppée par la douce odeur du riz fermenté.

Minematsu Shuzojo, une entreprise ayant des entrepôts dans cette zone, a ouvert une partie de ses activités aux touristes ; elle possède un coin pour goûter dans lequel vous pouvez essayer plus de 10 différents types de saké. Comme cadeau spécial cette fois, nous avons eu droit d’utiliser une tasse que nous avions sélectionnée à Kouraku Gama pour goûter. (※Normalement des tasses en plastique prévues pour goûter sont utilisées)

La senteur, le goût et le ressenti du saké peuvent être altérés par des tasses de différents matériaux et de différentes formes ; lorsque vous essayerez une nouvelle tasse, vous découvrirez peut-être quelque chose de nouveau !

Bain dans un onsen d’Arita-yaki

Je ne suis certainement pas le seule à penser que si vous venez au Kyushu, vous devez aller dans des sources chaudes, pas vrai ? Certains d’entre vous peuvent se dire « OK, mais quel est le rapport entre l’Arita-yaki et les sources chaudes ? ». Le Kyushu est une région riche en sources chaudes et il y a une façon d’utiliser l’Arita-yaki pendant que vous vous prélassez dans l’une d’elles !

La source chaude en question est l’Ureshino Onsen, qui comprend un hôtel appelé « Yuzen-no-yado Tokai » qui possède des baignoires en porcelaine Arita-yaki.

Plus un morceau de poterie est grand, plus il devient difficile d’en équilibrer la forme, ce qui veut dire qu’il y a des niveaux de difficultés différents selon ce que vous faites. Par exemple, les statues komainu du sanctuaire de Sueyama Jinja : ces statues exposent un tel niveau de savoir-faire justement parce qu’elles ont été produites par les meilleurs créateurs de porcelaine de la préfecture de Saga.

L’eau chaude qui fait des bulles de l’Ureshino Onsen est une source de bicarbonate de sodium qui contient beaucoup de sodium, ce qui rend la peau épaisse et crémeuse. Cela rend la peau kératinisée douce, une spécificité qui l’a rendue populaire comme l’une des 3 meilleures sources chaudes du Japon pour une peau en bonne santé.

Vous trouverez forcément quelque chose que vous aimez !

Une fois sortis des sources chaudes, pourquoi ne pas prendre une tasse du thé produit localement d’Ureshino ? Si vous descendez en marchant pendant environ 10 minutes la rue principale, vous arrivez au café&shop KiHaKo qui possède du thé noir japonais produit à Ureshino que vous pourrez déguster, servi dans des services à thé en Arita-yaki. Le lieu comprend également des auberges japonaises et des bazars à parcourir. Vous pouvez donc profiter de visiter des sources chaudes et de faire du shopping en même temps.

Il est possible de se rendre dans tous les lieux que nous avons présentés dans cet article spécial grâce à des transports en commun.

En 2016, l’Arita-yaki célèbre son 400ème anniversaire depuis sa création ; pourquoi ne pas faire un voyage à travers Saga pour voir si vous pouvez trouver une pièce de poterie spéciale rien qu’à vous ?



Japan Hoppers編集部 ユジン / Yoojin

Japan Hoppers編集部 ユジン / Yoojin

編集部のユジンです。色んな人の目線に立って、楽しく読める記事をアップしていけたらと思っています。よろしくお願いします。

Hi I'm Yoojin. I'll let you know how to enjoy and survive in Japan :P I hope it will be helpful for your travel.

안녕하세요! JH기자의 유진이에요. JH를 많이많이 이용해주세요!!


Tags