Posté par: Japan Hoppers編集部 ユジン(Yoojin) 22 Jul 2016

Tout près d’Arita-cho ! Un voyage autour des zones de production de Hasami-yaki et de Mikawachi-yaki

Tout près d’Arita-cho ! Un voyage autour des zones de production de Hasami-yaki et de Mikawachi-yaki © yoojin

La dernière fois nous nous sommes concentrés sur l’Arita-yaki, mais saviez-vous que près d’Arita-cho existent un bon nombre de lieux de production de porcelaine avec tout autant de valeur historique ? Dans cet article spécial, nous aimerions vous présenter le monde du Mikawachi-yaki et du Hasami-yaki, situé près d’Arita-cho. Tandis que nous parcourons les spécialités et les histoires de chaque région, la poterie révèle les connexions entre le Kyushu et le reste du monde.

Les racines de la poterie japonaise

Les techniques de production de porcelaine sont arrivées au Japon il y a environ 400 ans.

Dans les années 1590, le shogun Toyotomi Hideyoshi lança les batailles de Bunroku et de Keicho en Corée. Lorsque les troupes furent retirées de Corée, chaque daimyos ramena plusieurs potiers coréens avec lui. Parmi ces potiers japonais se trouvait un homme nommé Yi Sam Pyeong ; il a été à l’origine de la découverte de minéraux appropriés pour la fabrication de porcelaine (kaolin) sur le mont Izumiyama dans la région d’Arita, préfecture de Saga. Il commença la production de porcelaine en 1616 dans la zone est d’Arita (Tengudanigama) et, peu après, la production de porcelaine se répandit dans tout le Japon.

Le savoir-faire raffiné cultivé au sein des fours à poterie de différents domaines

Près de la gare JR d’Arita se trouve la gare JR de Mikawachi ; si vous roulez environ 10 minutes depuis cette station, vous atteindrez un lieu qui possède environ 10 différents ateliers de poterie, tous alignés. La poterie qui y est produite est connue sous le nom de « Mikawachi-yaki ».

Pendant le retrait des invasions de Bunroku/Keichi, le daimyo Matsuura Shigenobu qui gouvernait le domaine de Hirado (actuellement Mikawachi-cho) ramena également un potier connu sous le nom de Koseki. Bien que le domaine de Hirado fût déjà connu pour sa poterie, l’attention de la région se porta sur le fils de Koseki, Imamura Sannojo, et il commença également la production de porcelaine.

En ce qui concerne les motifs décoratifs traditionnels du Mikawachi-yaki, on utilise typiquement une technique appelée « karako » qui se concentre sur la représentation d’enfants habillés dans des habits traditionnels chinois. Toutefois, si vous visitez l’un des ateliers de poterie moderne, vous verrez une grande variété de sujets représentés sur ses poteries.

Le plat ci-dessous avec un design de baleine est une œuvre de Mikawachi-yaki créée par l’atelier de poterie « Koun Gama ». Ce n’est pas une pièce finie, mais plutôt une bisque qui est en cours de décoration. Le créateur de cette œuvre, Imamura Takamitsu, est reconnu nationalement comme l’un des artisans traditionnels du Japon pour son savoir-faire de grande qualité et la préservation des méthodes traditionnelles à la recherche de formes d’arts traditionnels conçus nationalement. Qui plus est, il a été désigné en 2013 pour recevoir un Gendai no Meikou (Prix du maître artisan contemporain) et a été publiquement reconnu pour son savoir-faire de maître.

Les ateliers de poterie ne sont ouverts qu’en semaine. La plupart de ces ateliers possèdent également des boutiques afin que vous puissiez acheter certaines de leurs marchandises.

Les œuvres en vente sont si belles que vous croiriez qu’elles devraient appartenir à un musée. Vous pouvez vous demander comment le Mikawachi-yaki a été capable de se développer à un tel niveau de maitrise d’artisanat ; la raison est le contexte historique des fours de poterie du domaine de Hirado qui ont été minutieusement maintenus en tant que part de la dévotion des artistes à créer des objets de haute qualité et des œuvres raffinées.

Le savoir-faire complexe du Mikawachi-yaki est aussi reconnu à l’étranger ; il a été historiquement utilisé par la famille royale d’Angleterre, et le British Museum possède également un assortiment de tasses à café Mikawachi-yaki.

Et concernant le Hasami-yaki, la poterie la plus vendue et adorée par les gens ordinaires ?

Tandis que les techniques pour le Mikawachi-yaki ont été maîtrisée avec les fours à poterie du domaine de Hirado, la ville environnante de Hasami-cho s’est spécialisée dans la production de masse de poterie dans un style connu sous le nom de Hasami-yaki. Il n’y a pas de gare à Hasami-cho, mais vous pouvez vous y rendre en 15 minutes en taxi à partir d’Arita-cho, ou vous pouvez prendre le bus depuis Mikawachi-cho.

Durant la période d’Edo (1603-1868), la distribution physique des marchandises se faisait via des bateaux sur les rivières ; le canal coulant entre Osaka et Kyoto était très populaire parmi les marchands qui voyageaient le long de la rivière en vendant de l’alcool et de la nourriture aux personnes passant. Les plats utilisés par ces vendeurs de nourriture étaient appelés « Kurawanka-wan », et ils étaient si peu coûteux et facile à faire que les gens jetaient littéralement les plats dans la rivière après avoir mangé (un peu comme nous utilisons les assiettes en papier aujourd’hui). Suite à des fouilles archéologiques faites plus tard, il a été annoncé que les plats « Kurawanka-wan » excavés à travers tout le Japon étaient presque tous du Hasami-yaki. Depuis cette découverte, il est devenu clair que le Hasami-yaki était si peu cher et facile à produire qu’il s’est répandu à travers tout le pays auprès des gens ordinaires.

L’Hasami-yaki était aussi utilize pour les exportations de sauce de soja et de saké japonais à l’étranger ; connus sous le nom de « bouteilles conpra », ce sont devenus des trésors inestimables aujourd’hui.

Les fours à poterie de Hasami-yaki n’étaient pas seulement connus pour la production de masse ; historiquement, ils étaient connus pour exporter occasionnellement des œuvres de haute qualité depuis Arita. Dans des temps plus récents, à travers des collaborations avec de jeunes créateurs, ces fours ont eu un grand succès auprès de la production de vaisselle prévue pour les jeunes. C’est précisément grâce aux points forts du Hasami-yaki qu’il est capable d’adopter de nouveaux designs et de répondre à leurs besoins afin d’assurer une production fructueuse.

Je veux une certaine Hasami-yaki! Je veux essayer de l'utiliser! "Eh bien, maintenant vous pouvez!

Au sein de la zone Nishinohara de Hasami-cho se trouvent de nombreux cafés et boutiques. Pour des personnes intéressées par l’achat de Hasami-yaki, nous recommandons Minamisouko (南創庫) parmi cette quantité de magasins. Minamisouko a ouvert en 2011 et propose des objets de la marque originale Saikai Toki Co., Ltd. Au sein de la boutique vous trouverez une grande variété de différents types de Hasami-yaki.

Toujours à Nishinohara se trouve le café « monne legui mooks » qui célèbre actuellement son 10ème anniversaire. Vous pouvez y apprécier des aliments servis dans des plats en Hasami-yaki. Nous vous recommandons leur menu pour le déjeuner, qui comprend des légumes frais servis accompagnés de poulet délicieusement moelleux.

Après votre repas, vous pouvez choisir parmi différents desserts. Cette fois, nous avons choisi le gâteau au chocolat, qui était doux et pourtant riche en chocolat : on le recommande ! La personnalité sociable du gérant Okada et l’atmosphère confortable ont rendus le repas encore plus agréable.

« Monne legui mooks » utilise de la vaisselle en Hasami-yaki car elle s’associe bien avec une grande variété de plats différents. Nous vous recommandons un passage à ce café avant que nous n’achetiez de la vaisselle en Hasami-yaki afin que vous puissiez avoir une idée de la chose en vrai et réfléchir à propos de ce que vous allez prendre.

Visitons Arita-cho, Mikawachi-cho et Hasami-cho !

L’année 2016 marque le 400ème anniversaire depuis la création de l’Arita-yaki, et les créateurs travaillent toujours sur des projets pour étendre le développement de l’Arita-yaki. Par exemple, cette année à la Foire à la céramique d’Arita (du 29 avril au 5 mai), la Gallery Baekpasun a ouvert pour célébrer l’œuvre de Baek Pasun, une potière coréenne qui a été active à Arita-cho ; les œuvres de potières japonaises et coréennes sont exhibées et vendues. Comme ce sont des potières, leur travail dégage un sentiment plus délicat et sensible ; elles ont perfectionné leur propre technique afin de créer un univers d’œuvres unique que vous pouvez apprécier.

Bien qu’Arita-yaki, Mikawachi-yaki et Hasami-yaki partagent tous des caractéristiques communes dues à leur longue histoire, chaque type de poterie a sa propre personnalité qui est utilisée pour créer de charmantes poteries. En avril 2016, une zone constituée de 8 villes des préfectures de Saga et Nagasaki a été inscrite comme faisant partie du patrimoine japonais sous le nom de « Hizen », le vieux nom de la province qui englobait cette zone, et le lieu de naissance de la porcelaine japonaise.

Pendant les vacances de la Golden Week en mai chaque année, toutes les villes présentent une foire à la céramique (« Ceramics Fair ») durant laquelle elles mettent en place des points de vente pour vendre de la poterie à un prix raisonnable, ce qui attire de nombreux touristes. Arita-cho tient également le « Sue, Arida porcelain Festival » en automne, où vous pouvez apprécier les feuilles d’automne tout en vous baladant dans le festival.

Pourquoi ne pas faire une visite à travers ces 3 régions sur le thème de la poterie ?



Japan Hoppers編集部 ユジン / Yoojin

Japan Hoppers編集部 ユジン / Yoojin

編集部のユジンです。色んな人の目線に立って、楽しく読める記事をアップしていけたらと思っています。よろしくお願いします。

Hi I'm Yoojin. I'll let you know how to enjoy and survive in Japan :P I hope it will be helpful for your travel.

안녕하세요! JH기자의 유진이에요. JH를 많이많이 이용해주세요!!


Tags