Ryôgoku

Ryôgoku © Iry

Le site touristique de sumo

C’est dans la ville de Ryôgoku que se trouve le hall su sport national de Ryôgoku. De ce fait, les visiteurs trouvent de nombreux magasins ou restaurants en lien avec le sumo, comme les restaurants spécialisés d’un plat mangé par les lutteurs de sumo ‘Chanko-nabe’ et les statues des lutteurs populaires. Il est également possible de voir les lutteurs qui se promènent dans la rue.

En dehors de la saison de tournois de sumo, le hall est utilisé pour les tournois d’art martial comme la boxe. Les visiteurs peuvent entrer gratuitement dans le hall quand il n’y a pas de tournoi ni d’événement. Dans la boutique les visiteurs peuvent acheter des produits comme : des papiers où les mains des lutteurs sont imprimées, des tasses et des éventails où les visages de lutteurs de sumo sont dessinés, et un tableau du classement des lutteurs de sumo. Au rez-de-chaussée du hall se trouve un musée de sumo, exposant les écrits sur ce lutte japonais comme : les peintures Nishiki-e, les photos de lutteurs de sumo et le classement des lutteurs de l’époque d’Edo. L’exposition à thème change chaque deux mois.

Près de les ruines de la résidence de la famille Kira se trouve un atelier de photographe de Kudô ‘le musée photographe de sumo’, consacré à l’exposition des photos des lutteurs de sumo d’après-guerre jusqu’à 1997. 

Les autres sites touristiques

Bien qu’ils ne soient pas en lien avec le sumo, les autres sites touristiques permettent aux visiteurs de sentir la partie historique de Tokyo. Dans le musée historique d’Edo-Tokyo, les visiteurs peuvent connaître l’histoire et la culture de Tokyo à travers les écrits et les maquettes consacrés à l’historie de Tokyo à partir de l’époque d’Edo. Le jardin de l’ancienne résidence de Yasuda (construit entre 1688 et 1703) permet d’admirer une belle vue avec la marée de la rivière Sumida. Le temple Ekô-in s’agit d’un temple fondé pour prier les âmes de victimes du grand incendie appelé ‘incendie de Furisode’ de 1657, animé également lors des tournois du sumo.

Autres que ces sites, il y a aussi : les ruines de la résidence Kira où les patriotes d’Akô ont réalisé leur attaque (incident appelé Genroku-Akô-jiken) ; le lieu de naissance de Katsu Kaishû, le samouraï connu de la fin de l’époque d’Edo au début Meiji ; le musée de feux d’artifices de Ryôgoku, qui expose les maquettes et les écrits sur les feux d’artifices ; et le mémorial de la ville de Tokyo construit afin de prier pour les âmes des victimes du séisme de 1923 de Kantô et des bombardements de Tokyo.

Accès

En train : les gares Ryôgoku-eki (train JR, ligne Sôbu) et Ryôgoku-eki (métro municipal de Tokyo, ligne Ôedo).
En voiture : l’échangeur autoroutier Ryôgoku JCT (autoroute Shuto, ligne 6 Mukôjima ou 7 Komatsugawa). 




Galerie photo : Ryôgoku


A propos: Ryôgoku

Sites touristiques Ryôgoku (両国 / Ryogoku)
Degré de recommandation  
Adresse 東京都墨田区両国2-19-1
2-19-1 Ryogoku, Sumida-ku, Tokyo
Téléphone, Fax Phone: 03-3631-0028
Temps requis 5Heure(s) 
Saisons recommandées
Printemps (mars-mai)
Été (juin-août) Automne (septembre-novembre) Hiver (décembre-février)
Clientèle cible Famille Couple Groupe Enfant (0-6 ans) Enfant (7-17 ans) Adulte (20- ans) Seul


La carte : Ryôgoku